Être dans l’esprit des fêtes tout en étant écolo

Dans très peu de dodos, c’est Noël. Là, il y en a qui disent wut, wut, tandis que d’autres sont comme maudit temps des fêtes. Bref, on finit pas mal tous à fêter quand même. Dans ma famille maternelle, on est des wut-wuts voyez-vous. Noël ça se fête dans l’excès de cadeaux depuis toujours et c’est maintenant que je suis adulte et que je donne des cadeaux que je me rends compte à quel point ça coûte cher pareil. Les cadeaux sont dispendieux, les emballages aussi. Pourtant, quand tu y penses, c’est plutôt ironique d’acheter du papier pour le déchirer et le jeter aux poubelles, au recyclage. Rendu là, pourquoi ne pas trouver des alternatives?

Pour ma part, j’ai décidé d’acheter des sacs cadeaux, mais des vrais sacs, genre en tissu je parle. C’est entre 5.00$ et 8.00$ que j’ai pu trouver de très beaux sacs de coton sérigraphiés ou brodés. Bon, c’est peut-être cher sur le coup, mais à long terme, c’est rapidement récupéré. En plus, si tu trouves un sac au design festif, sans être trop temps des fêtes, tu pourras l’utiliser pour toutes autres occasions. Pis, je trouve que ça donne un look rétro sous le sapin.

Ma deuxième proposition est d’emballer vos cadeaux dans le papier journal. En fait, plusieurs d’entre nous recevons les journaux par la poste, alors pourquoi ne pas leurs donner une autre utilité. Évidemment, si vous avez déjà des papiers d’emballage à la maison, finissez-les. Ne les jetez pas, je vous en prie!

Ensuite, vous pouvez utiliser de la corde ou de la laine pour décorer vos emballages. Il en existe de toutes les grosseurs et couleurs, laissez aller votre imagination. (Dans une pensée plus écologique, osez une laine de fibre naturelle plutôt que synthétique.)

Troisièmement, au fil du temps, les sacs en carton se sont peut-être accumulés dans votre domicile. Vous pouvez les utiliser pour Noël. Après tout, ce n’est que pour garder la surprise qui se trouve dans le sac, alors si vous avez acheté le nouveau Power Ranger pour Marco votre neveu et qu’il se trouve dans votre sac de David’s Tea que vous avez conserver la dernière fois; bien Marco ne pourra pas s’en douter.

Quatrièmement, tu peux acheter de jolies boîtes de différentes grosseurs et formes. Elles ajoutent du caractère sous le sapin. Comme les sacs en tissu, tu pourras les récupérer année après année. Elles sont dans mes emballages préférés!

Finalement, tu peux emballer tes cadeaux dans ce qu’on appelle des Furoshikis : de morceaux tissés qui servent à envelopper. C’est un concept japonais assez ancien et tu pourrais faire pareil. Tu peux facilement les faire toi même ce qui rend tes cadeaux plus personnalisés.

Tu peux facilement remédier au gaspillage de papier pour le temps des fêtes, alors si tes cadeaux sont pas déjà emballés, essayes donc de faire la différence cette année. Sinon, ce pourrait-être ton objectif pour l’année prochaine. Et tu sais quoi? Les cadeaux en soi peuvent être choisis de façon à respecter l’environnement comme choisir d’offrir une expérience (une ride en raquette, aller faire de l’escalade, aller dans un grand restaurant,…), offrir des produits québécois (produits cosmétiques, alimentaires, vestimentaires) et offrir des produits ayant le moins de plastique possible. (Chez les touts petits, beaucoup de jouets sont faits de plastique. Jouets de bois et de peluches peuvent être la solution.)

À vous de rendre votre Noël plus vert afin de permettre à vos petits d’avoir des Noëls tout blanc à leur tour des années durant.

Joyeux temps des fêtes,

Catherine R.

Le tableau d’épargne

img_4093

Te souviens-tu de notre article sur le mood tracker? Et bien une fois de plus je me suis laissé inspirer par Pinterest pour trouver un nouveau défi. Sur mon compte Instagram personnel j’ai publié dans ma story il y a quelques semaines le fait que j’étais enfin libre de toute mes dettes! Dit comme ça c’est peut-être rien, mais Dieu sait à quel point mon compte en banque était à bout de souffle. Pour la première fois en plus d’un an, ma carte de crédit était à ZÉROOOO! Et il me restait encore de l’argent dans mon compte. Je ne croyais jamais y arriver. Je ne voyais pas le bout du tunnel! Si jeune et si désespérée. Ha!Ha!Ha!

Clairement je ne suis pas la seule dans cette situation et clairement il y a pire que ce que j’étais. C’est pourquoi j’ai eu l’idée du tableau d’épargne. Avec le temps j’ai bien évidemment appris à me connaître et je sais maintenant que pour arriver à mes objectifs ( peu importe le contexte) je dois avoir des outils concrets. Je dois pouvoir voir, toucher et observer.

Le tableau d’épargne est donc une façon concrète pour moi de mettre de l’argent de côté. Le principe est simple. À chaque deux semaines quand je recevrai ma paye je choisirai un montant dans le tableau et je mettrai l’argent de côté dans mon compte épargne! J’ai choisi de faire différents montants pour avoir la liberté de choisir selon mon budget un montant approprié. Je suis curieuse de voir les résultats!

Si comme moi économiser n’est pas un de tes nombreux talents, je te partage donc mon nouveau défi personnel! Libre à toi de te laisser inspirer.

-Daphnée R.

Mon premier GROS geste écologique

Jamais j’aurais cru que mon premier geste majeur en terme de comportement écologique se passerait dans ma culotte. Je t’explique! As-tu déjà entendu parlé du Diva Cup ou de la coupe menstruelle? Oui-Non? C’est une coupe qui amasse ton sang lorsque tu as tes règles. Je l’ai essayé il y a quelques années et elle m’a fait plus peur qu’autre chose, mais bon, chacun son truc. Plusieurs femmes la porte et en sont pleinement satisfaites. Cependant, j’étais un peu triste de ne pas pouvoir faire ma part dans ce mouvement écologique et c’est il y a quelques temps, cet été en fait, que j’ai appris l’existence des serviettes hygiéniques réutilisables.

Je pense que c’est une idée que plusieurs rejetteront aux premiers égards. J’y ai grandement pensé avant d’acheter ce produit. J’ai fait une liste de pour et de contre à force d’y réfléchir et j’ai réalisé qu’il y avait plus de bons côtés que de mauvais. En plus, je dois dire que rapidement les mauvais côtés sont rapidement devenus une habitude et ne me dérangent plus du tout.

Processed with VSCO with m5 preset

Primo, je dois vous dire que l’empreinte écologique diminue amplement, car disons qu’en règle générale, j’utilisais 4 serviettes jetables par jour, pendant 7 jours, à la fin de l’année ça a pour conséquence environ 336 serviettes mises à la poubelle. Quand je me dis que mes règles ont commencées à l’âge de 11 ans et que j’en ai 24 aujourd’hui, il s’agit de plus ou moins 4 368 serviettes jetées. Je trouve ça complètement fou, surtout après avoir testé la réutilisable parce que sérieusement elle est plus confortable vu l’utilisation du coton, matériel souple, naturel et non chimique, donc j’ai franchement l’impression que le risque d’infection dû aux produits chimiques est diminué. J’ai même remarqué que la serviette réutilisable ne cause pas d’humidité contrairement à celles jetables et que les deux sont aussi facile à utiliser. J’ai cru au départ, que les serviettes écologiques seraient moins absorbantes, mais en fait, le flux est plus stable sur le coton que sur la membrane synthétique. Alors, j’ai pu diminuer la grosseur de mes serviettes, ce qui me rend très heureuse. En plus, les serviettes hygiéniques écologiques t’offrent différents motifs et imprimés franchement jolis en plus d’être rentables pour toi. Évidemment,  l’économie se fera à long terme, mais elle se fera tout de même. (Jetable: environ 70$ par année. Lavable: 130$ pour 14 serviettes pour une durée de vie de 5 à 10 ans selon les marques et le nombre de lavages.)

Pour ce qui est du négatif, j’ai trouvé seulement trois choses qui me déplaisaient, mais comme je vous dis, j’ai pris l’habitude et elles ne me dérangent plus du tout. En fait, je constatais que je devais faire plus souvent des lavages, mais ça ne dure qu’une semaine par mois et j’ai rapidement pris l’habitude. Ma routine est celle-ci:

Après une journée d’utilisation, je fais tremper les serviettes utilisées dans une chaudière que je remplie d’eau et de vinaigre (6 pour 1) Le second jour, je lave à la machine les serviettes qui ont trempées à l’aide d’un savon doux sans parfum et je prépare une nouvelle chaudière pour les serviettes utilisées la seconde journée et ainsi de suite. Il ne faut jamais utiliser d’assouplissant non plus. Les serviettes restent tachées un peu évidemment, mais en même temps, c’est pas comme avoir une grosse tache de sauce BBQ sur son nouveau chandail blanc, car personne à part toi verra l’intérieur de tes serviettes et quand tu les utiliseras, tu les tacheras de nouveau. Finalement, le point que la plupart des gens considère comme négatif, c’est de toucher au sang. Je vais vous dire quelque chose. Les menstruations sont quelque chose de naturelle qui fait partie de la vie des femmes. Je n’ai jamais eu à toucher à mon sang directement, l’eau se souille, mais sans plus.

Alors, sincèrement, je te propose d’essayer avant de dire que ce n’est pas fait pour toi, mais vas-y à ton rythme. Je peux te dire que ça a changé totalement ma vision de cette pratique mensuelle. Je ne peux plus penser que de jeter des serviettes hygiéniques est quelque chose de normale surtout que maintenant je constate tous les bénéfices que cela me procure.

Voici deux liens pour acheter vos nouvelles serviettes:

Les serviettes Lotus de chez Omaiki

Les serviettes Hannah

Est-ce que tu fais partie du mouvement toi aussi?

Catherine R.

Les troubles alimentaires: des ennemis difficiles à combattre

Vivre avec un trouble alimentaire est un travail à plein temps puisque chaque repas et collations deviennent un problème à surmonter et même que souvent, les occasions spéciales comme les anniversaires et les soupers en famille ou entre ami(e)s le deviennent aussi. Beaucoup ne comprennent pas comment il est possible d’avoir un trouble comme celui-ci; un peu comme si c’était une histoire de licorne, mais je vous assure avec le plus grand “désespou’ère” que c’est bien réel. Il peut s’agir d’anorexie, de boulimie, mais d’autres types de trouble de l’alimentation existent, comme l’orthorexie, l’hyperphagie boulimique et les troubles alimentaires non spécifiés. Ils sont tout simplement moins connus. Ce fut mon cas et voici mon histoire.

J’étais au cégep quand j’ai décidé de consulter pour la première fois. J’allais pas bien du tout, mais comme pas pentoute; l’école me stressait à cette période de ma vie et j’avais l’impression que ça augmentait les effets de mon trouble alimentaire. Je savais que ça durait depuis un bon moment, mais je pouvais pas dire jusqu’où ça remontait cette histoire-là d’avoir de la misère avec la bouffe.

Je me souviens encore de cette soirée-là. J’étais à la maison et j’avais dit à mes parents que j’avais besoin d’aide, que je feelais pas du tout et que j’avais besoin de clarifier ce qui m’arrivait. Mon père m’a alors dit qu’il pouvait m’offrir jusqu’à 6 séances gratuites grâce à l’aide aux employés que son emploi lui permettait. Mes parents ne me comprenaient pas, mais ils m’épaulaient et ça me faisait du bien. On a appelé sur le champs pour que je puisse consulter et quelques jours plus tard, j’avais mon premier rendez-vous.

C’était pas très loin de chez moi, j’ai enfilé mon manteau et mes bottes et je suis parti un peu anxieuse de ce qui allait se passer. Arrivée là-bas, je me suis assise dans la mini salle d’attente et puis une dame est venue me chercher. C’était ma psychologue. J’ai enlevé mon manteau et elle m’a demandé de m’asseoir dans un fauteuil, mais ce n’était pas de ceux qu’on aperçoit dans les films. À cet instant, je me sentais weird. Je  me demandais ce que je faisais là, comment je m’étais rendue là et comment elle allait m’analyser. Mon plus grand souvenir, c’est mes bras croisés. Ha! Ha! Je me rappelais que ça voulait dire que j’étais fermée pis j’essayais de les déplier, mais sans trop savoir quoi faire avec!

La psy a tenté de me mettre à l’aise pour finalement me demander quel était mon problème, pourquoi j’avais besoin d’aide? J’ai tout de suite eu le motton, pis je me suis livré à elle en versant toutes les larmes de mon corps.

Présentement, tu dois te dire : “Mais c’est quoi que la petite Cath avait comme problème?” et bien j’y arrive.

Ce qui se passait c’était que j’avais du mal à manger devant les gens. Je vivais de l’anxiété à chaque fois, que ce soit un souper de famille, un anniversaire, une date, un dîner au centre d’achat, etc. C’est super handicapant comme situation parce que la personne qui vit ça se déconnecte de toutes situations sociales où la nourriture est au rendez-vous et il y a trois repas dans une journée et les gens ont tendance à se retrouver autour d’un repas, tsé! J’ai donc manqué souvent les événements importants et je me suis longtemps sentie mal pour ça. Coupable même..

Cependant, faut comprendre que tous problèmes à une source et il suffit de la trouver pour pouvoir le régler. C’est exactement ça que ma psy m’a demandé de faire: de remonter le temps pour essayer de comprendre ce qui m’arrivait. À travers ce processus, les souvenirs sont remontés et les comportements que j’affichais se sont confirmés.

Processed with VSCO with m5 preset
Manger devrait être une source de joie et non d’anxiété.

Mes souvenirs contribuant au développement du trouble alimentaire:

  • À la maternelle, on m’obligeait à manger plus que ma faim et ça m’a traumatisé. C’est le souvenir source de mon problème. Mes parents savaient que j’avais jamais eu un gros appétit, mais je mangeais à ma faim. La dame du service de garde avait été avisé par mes parents de ne pas me forcer à manger davantage, mais elle ne les a pas écouter. Résultat, à l’âge de 5 ans, je me sentais brusquée et j’ai développé des stratagèmes de défense. Ce que je veux dire par là, c’est que la petite Catou qui se sentait pleine sans avoir fini de manger, remplissait son berlingot de lait avec ses restants puis le refermait, éparpillant sa bouffe dans son assiette elle devait appeler la dame à chaque fois qu’elle avait fini pour avoir la validation que ce qu’elle avait mangé était respectable.
  • Ensuite, ce traumatisme à fait boule de neige. Je détestais les sorties scolaires à cause des repas, mais les voyages, classes neige et les camps aussi, même plus! J’étais toujours faible lors de ces jours loin de chez moi, je feelais jamais top shape!
  • À mes anniversaires, j’ai remarqué que j’ai jamais le sourire sur mes photos avec mes ami(e)s. Je sais que c’est parce que je pense au gâteau et au lunch qui se préparait. J’adorais le gâteau, mais j’haïssais ça manger le gâteau avec mes ami(e)s.
  • Ensuite, je suis rentré au secondaire où j’ai été malade pendant les 2 premières années. Je devais peser 73Lbs environ. Mes coudes étaient plus large que mes bras. Je faisais des pneumonies à répétition, j’avais mal constamment à la poitrine, alors je m’alimentais pas beaucoup. Les élèves comprenaient pas du tout ce que je vivais et certaines filles me traitaient d’anorexique. Je l’ai tellement entendu souvent que je m’interrogeais des fois si c’était vrai, mais au fond je savais que c’était parce que j’étais malade. Tsé, y a tellement pas de méchanceté au secondaire… Ça m’a amené à me peser, mais de façon à savoir si je prenais du poids pour être dans mon poids santé, chose que je fais encore.
  • Tout mon secondaire, j’ai détesté les dîners. Je mangeais le plus rapidement possible pour sortir de la caféteria, sortir de mon moment de désespoir.
  • Des fois, j’allais magasiner et je suppliais ma mère de pas aller manger à la foire alimentaire. Juste y penser me donnais la nausée, des fois au point d’avoir le cœur qui me lève!
  • J’étais pas capable par la suite d’aller souper au restaurants et je mangeais chez très peu de personnes.
AB5D0E15-9FDC-4BD5-8BF4-3411362B1D57
Ne pas toucher à son cupcake quand tout le monde se régale.

C’est donc mes souvenirs que j’ai raconté à ma psy lors de mon premier rendez-vous. On a analysé mes comportements malsains comme d’inventer des scénarios négatifs avant même la venue des événements, de stresser d’avance à en avoir mal au cœur, d’avoir peur que les gens soient malades, pour peu manger suite à tous ces choses. Elle m’a ensuite donné un devoir; celui de modifier mes comportements en les rendant positifs d’ici notre prochain rendez-vous.

Je m’y suis mise sérieusement et j’ai mis en oeuvre ce positif dans ma vie! Sans être facile, j’ai réussi à m’améliorer. Quand une situation survenait je me disais: “Je vais peut-être rencontrer des gens formidables? Peut-être que ça va être une des meilleures soirée de ma vie ou l’un des meilleurs repas que j’aurai mangé?” Je me sentais plus légère! D’ailleurs, à mon deuxième rendez-vous, j’étais super contente de mon avancée et j’étais heureuse. Cette fois, aucune larme avaient coulées sur mes joues, mais de la fierté sortait de mes yeux!

J’ai continué avec cette vision de positivisme jusqu’au troisième et dernier rendez-vous! J’avais réussi à aller manger au resto cette fois-ci. Bon, ça été tough, j’avais demandé d’être assise à une table précise de manière à être dos aux restes du monde. (La serveuse a dû me trouver louche sur un temps. Ha!Ha!) Au fil de mes consultations, j’avais réussi à changer pour le mieux et je sentais que je pouvais y arriver. J’ai eu des bas quelquefois, dans certaines périodes, suite à mes consultations, mais j’ai réussi à avoir des hauts surtout!  Et, je ne vous mentirai pas, aujourd’hui encore je combat ces pensées par la vision positive, mais je réussi à manger au resto et souvent à part de ça! Même que des fois, c’est moi qui demande d’y aller, alors c’est toute une avancée et je remercie ma belle famille de m’avoir permis d’aimer ces moments au resto et les repas en famille comme je remercie ma famille de m’avoir écoutée et soutenue toutes ces années.

Peut-être que tu lis mon texte et que tu vis la même chose ou quelque chose de similaire, mais saches qu’il y a toujours des solutions et de l’aide de disponible qu’elle provienne de ta famille, de tes ami(e)s ou d’un organisme comme ANEB. Voici le lien: https://anebquebec.com/ Les troubles alimentaires ne sont pas quelque chose de jojo, alors si vous connaissez une personne souffrant d’un trouble alimentaire, aidez la. Vous pourriez faire la différence, car quand j’y pense, la psy a toujours été une oreille pour moi et c’est par moi-même que j’ai changé, alors votre écoute ne peut être de trop!

PS: Cet article est rough un peu.. Je me suis vraiment livré à part entière, mais je tiens à dire que malgré cet obstacle, j’ai eu une très belle enfance remplie de joie au sein d’une famille formidable et d’un cercle d’ami(e)s exceptionnel(le)s.

Catherine R.

La vie au chalet

Si on m’avait dit un jour que je connecterais autant avec la nature, je n’y aurais pas cru un seul mot! Ça fait maintenant un an que je suis allée au chalet de ma meilleure amie pour la première fois. Le chalet se trouve à l’Ascension plus précisément dans une zec. C’est quoi ça une Zec?

C’est une Zone d’Exploitation Contrôlée. Ce sont des territoires spécifiquement exploités pour la chasse et la pêche. Deux activités que je ne pratique aucunement! Et il n’y a pas de chance que je m’y mette un jour. Mais c’est aussi un lieu d’hébergement pour les gens qui, comme moi, ne sont pas des chasseurs dans l’âme.

Toutefois se retrouver en nature comme ça sans électricité, internet, télévision, cellulaire ni pollution sonore de la ville ça fait un bien fouuuuu!

La première fois que j’y suis allée, j’étais un peu anxieuse. À l’époque je prenais des antidépresseurs et des médicaments pour l’anxiété. De savoir que ça prenait quatre heures se rendre et qu’un coup rendu, nous n’avons plus de réseaux cellulaire ça me faisait paniquer parce que j’arrêtais pas de me dire que s’il arrivait quelque chose on était tous morts (ce qui est en fait absolument faux). En plus je me disais que si j’aimais pas ça, j’étais « prise » là-bas. Heureusement, ma meilleure amie a su me calmer. Je dis heureusement parce que maintenant je rêve d’y retourner chaques jours Ha!Ha!Ha!

À mon premier séjour, j’étais émerveillée du début à la fin. La Daphnée de ville et la Daphnée en nature ne semblent pas être la même personne. En ville, je suis bruyante, énervée et j’ai de la misère à ne rien faire et à me concentrer sur un projet/sujet/activités longtemps. Je suis souvent stressée par ma routine ou les tâches à accomplir dans ma semaine et le fait d’être entourée de personnes sept jours sur sept me dérange parfois aussi.  Au chalet, par exemple, c’est l’inverse. Je ne ressens pas le besoin de faire rire, de parler ou de bouger absolument! Qu’est-ce qui est encore plus génial, c’est qu’on a pas d’obligation. On se lève le matin et on décide au fur et à la mesure ce que seront nos plans pour la journée! Faire du quatre roues, du kayak, dessiner, prendre des photos de la nature qui nous entoure, aller prendre une marche, faire un feu, admirer la vue sur le quai, avoir de grandes discussions philosophiques sur la vie. Au chalet, on dirait tout simplement que la vie s’arrête! On a pas envie de revenir en ville. La première fois que j’y suis revenue j’ai eu un profond dégoût envers la ville. Il y avait tout à coup beaucoup de bruits. Les klaxons des voitures, les voitures qui accélèrent à toute vitesse. Les gens ont un autre mode de vie que nous qui revenons de la forêt. Même si nous y étions que depuis 3 ou 4 jours, c’était en masse pour décrocher du stress de la ville et se sentir déboussolés.

C’est la meilleure thérapie que de prendre le temps de sentir chaque respiration, de prendre le temps pour se connecter avec ce qui nous entoure. Je sens que j’en apprends un peu plus sur moi à chaque fois que j’y vais. J’ai ri de moi même. Comment j’ai fais pour avoir peur de ne pas être bien? Ça vaut bien plus que n’importe quel médicament pour me calmer ou n’importe quel antidépresseur. En fait, la nature est un antidépresseur en soi je crois. Même si le fait de revenir en ville n’est pas toujours plaisant. Je me sens plus détendue qu’à mon départ. Même le voyage en voiture pour y aller est l’fun. On écoute de la musique, on dors un peu parfois (sauf le conducteur, promis), on parle, on profite du paysage qui s’en vient de plus en plus beau au cours du trajet. Même chose pour le retour!

J’ai toujours vécu à Montréal. Je ne m’étais pas posée la question auparavant à savoir si je voulais finir mes jours dans la grande ville. Mais depuis ma première expérience au chalet je sais que la réponse est non. Si j’ai à acheter une maison un jour et/ou à élever des enfants ça ne sera pas à Montréal. Je ne déteste pas Montréal pour autant. Au contraire j’adore les gens, mon quartier, les activités à l’année longue, etc! Par contre, je me rend compte que c’est un mode de vie qui peut être lourd à la longue.

Je souhaite à tous un moment de repos comme ça. De pouvoir décrocher, se ressourcer et enjoy chaque seconde qui passe.

Daphnée R.

Le tarot, un art divinatoire

J’ai toujours aimé les affaires de “sorcières”. D’ailleurs, je sais pas si c’est parce que je suis un bébé d’Octobre, mais voilà ma fête préférée c’est Halloween et je suis toujours déçue parce que crime… j’ai jamais de party d’Halloween! Bref, j’ai eu l’étiquette de sorcière en 2008 par ma prof de français de l’époque et ça m’est resté d’une certaine façon, car je m’intéresse beaucoup aux plantes médicinales, à la nature, mais aussi aux arts divinatoires comme le tarot!

Il me semble que j’ai acheté mes premières cartes lors de mes études au cégep. Elles m’avaient coûté une journée de travail, mais j’étais plus que satisfaite. C’était un tarot noir avec les bords en or qui fonctionnait comme un tarot de Marseille. Y’était beau!

J’avais cherché sur les internets comment m’en servir et c’est sur ce site que je me suis référé le plus au début: http://www.damedetrefle.com/cartomancie-tarots.html

J’ai appris que les cartes sont appelées arcanes et qu’elles sont séparées en deux groupes: les mineures et les majeures. Les majeures sont des personnages, tandis que les mineures sont séparées, à leur tour, en quatre familles: le denier, le bâton, l’épée et la coupe. (Elles sont comme les cartes à jouer si vous voulez avec le pique, le cœur, le carreau et le trèfle qui vont de 1 à 10 suivi du valet, de la dame (reine) et du roi. Seulement, dans le tarot, vous ajouter le cavalier.) Il est possible de faire le tarot avec les cartes renversée (à l’envers comme tête par en bas, en mélangeant les arcanes de tous sens, tous côtés pour en ressortir le positif (carte droite) et négatif (carte renversée).

Ensuite, il suffit de savoir l’essence de chacune de ses cartes, de comprendre la correspondance des cartes mises ensemble et de connaître les tirages possibles.

J’ai lu beaucoup sur les jeux et sur les significations, mais je suis encore loin d’être experte. Ça ne m’empêche pas de “jouer” et de me pratiquer. Et puis, c’est beau la théorie, mais il faut beaucoup faire confiance à son intuition envers le tarot. Il est préférable de tirer les cartes aux gens que l’on connaît moins, car l’intuition est vraie; on ne se laisse pas détourner par ce que l’on sait déjà d’une situation ou d’un sentiment.

Je vous propose ici-bas mes tirages préférés (certains sont plus longs que d’autres):

 

Le tirage en croix (utiliser les arcanes majeures pour répondre à une question ouverte):

1ere carte: représente le consultant

2e carte: représente ce qui s’oppose au consultant/ la contrainte

3e carte: représente le développement de la situation citée dans la question

4e carte: répond à la question

5e carte: représente le futur (elle peut être tirée en même temps que les autres ou être résultante de la numérotation des 4 premières. ex.: Si j’ai les cartes 3-17-5-10, j’additionne de cette façon: 3+17+5+10=35 ,mais il n’y a que 22 arcanes majeures dont une sans numéro, alors tu additionnes les chiffres de ton résultat 3+5=8 La justice.)

*Quand le tirage est difficile à déchiffrer, je fais parfois la résultante de la 2e-3e et celle de la 1ere-4e.

Processed with VSCO with b1 preset

 

Le tirage Passé-Présent-Futur:

1ere carte: représente le passé

2e carte: représente le présent

3e carte: représente le futur

*Ce tirage peut se jouer qu’avec les arcanes majeures. Cependant, si vous voulez jouer avec les mineures aussi, faites que chaque moment possèdent 3 cartes grâce à trois tours de piges: le premier brasser que les majeures et choisissez en 3, ensuite, pigez 3 mineures et finissez en mélangeant les majeures et les mineures toutes ensemble pour en choisir 3.

Processed with VSCO with b1 preset

Le tirage astrologique:

1ere carte: représente l’état d’esprit du consultant

2e carte: représente les finances

3e carte: représente l’entourage / le quotidien

4e carte: représente la famille / le domicile

5e carte: représente les amours / les sentiments / la sexualité

6e carte: représente le travail / la santé

7e carte: représente le couple / les relations autres

8e carte: représente les pressentiments / les angoisses / les transformations intérieures

9e carte: représente la spiritualité / les voyages

10e carte: représente les honneurs / le pouvoir / la réussite / le destin

11e carte: représente les buts / les aides / les espoirs / les désirs

12e carte: représente les épreuves de toutes sortes

*Ce tirage peut se jouer à 12, 24 ou 36 cartes en appliquant le principe mentionné au tirage précédent, de façon à avoir un peu plus de renseignement sur les 12 maisons astrologiques.

Processed with VSCO with b1 preset

Alors, à votre tour de pratiquer le tarot et n’ayez pas peur de vous pratiquer sur des gens que vous connaissez peu ou pas du tout. J’ai déjà tiré les cartes à un événement qui se déroulait à l’Atelier B sur Saint-Laurent et c’est une expérience qui reste gravée dans ma mémoire.

PS: Si tu n’as jamais exercé cet art divinatoire je te propose le livre Tarot : Interprétez les cartes pour connaître votre avenir de l’édition Hachette écrit par Chris Semet, car il exprime beaucoup de chose sur chacune des arcanes comme l’histoire, la numérologie, la correspondance astrologique, mais aussi, car il y a un tarot à découper à la fin. Ça permet de voir à moindre coût si l’on aime avant d’acheter un tarot plus dispendieux. (Le livre est 19.95$)

Pour les plus expérimentés, je vous propose de lire Le Grand livre du tarot : méthode pratique d’art divinatoire écrit par Kris Hadar et édité par les Éditions de Mortagne. (Celui-ci est 34.95$)

N’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations.

Catherine R.

La détox plastique

 

Je ne suis pas une très grande fan des détox, régimes et jeuns. Sauf que dans ce cas-ci, c’est une détox particulièrement intéressante on va s’le dire! Pour faire une détox de plastique tu as besoin d’être préparé et organisé. C’est tout un changement et un coup commencé, je te garantis que tu vas voir du plastique partout. Ha!Ha! Ça ne sert à rien de te garocher dans la gueule du loup d’un seul coup. Soit résilient et fait des petits pas. Pour t’aider à y voir plus clair, je te propose de rassembler en trois courtes catégories les informations et les trucs utiles que tu auras besoin pour ta nouvelle détox.

Du côté vestimentaire; Éloigne toi de l’acrylique et du polyester. Choisis plutôt des vêtements de fibres naturelles comme la soie, la laine, le coton ou encore le chanvre (insérez ici une quote de 4/20).

Pour les soins personnels et le nettoyage; Avec un peu de recherches sur les internets tu peux facilement trouver des recettes pour faire toi même ton savon à lessive, ton nettoyant tout usage, du déodorant et ça ne finit plus. Un autre truc pour ne plus consommer de plastique c’est de s’équiper d’un merveilleux rasoir en métal.

Quand tu fais du magasinageFaire ses commissions dans des endroits qui vendent en vrac. Planifier d’avance ce que tu auras besoin et par la suite il te suffit d’apporter des contenants (en verre de préférence) en prévisions de tes achats. Certaines épiceries et marchés permettent même d’apporter nos propres contenants réutilisables pour la viande. N’aillez pas peur de dire NON au plastique. Ça inclut la paille que tu prends pour ton café glacé du matin et les sacs en plastique pour mettre les 3 pommes que tu achètes à l’épicerie. Pourquoi ne pas les mettre directement dans ton panier? Les bouteilles en plastique aussi… Procures-toi une belle bouteille réutilisable, remplis la d’eau et traînes la avec toi. Truc de pro: en plus de sauver du plastique tu vas aussi avoir tendance à boire plus d’eau, ce qui ne peut qu’être bénéfique pour ta santé. Continuer à lire … « La détox plastique »